Le millas est un gâteau traditionnel du Sud-Ouest à base de farine de maïs. Je le connaissais de nom depuis bien longtemps, mais je n'en avais encore jamais fait et jamais mangé. Pourtant, il m'a toujours fascinée, sans doute parce qu'il fait partie de ces recettes anciennes, que l'on se transmet dans les campagnes, de génération en génération, qui s'enracinent profondément dans leur terroir car elles sont faites avec les produits locaux. Autrement dit, recettes authentiques, "vraies", attachantes et simples comme l'est le millas : tout ce que j'aime.

Un gâteau qui est comme une évidence quand on sait que les Landes (et départements limitrophes), fournissent l'essentiel de la production de maïs européenne. Si vous connaissez la région, vous les avez forcément vus, ces champs de maïs qui s'étendent parfois jusque dans nos villes. Tout comme les vignes, dans le Languedoc-Roussillon, ils sont partout !

Millas_aux_myrtilles1

J'ai constaté dans mes recherches qu'il n'y a pas "une" recette de millas mais que chaque terroir a la sienne ; et que, comme pour toute recette traditionnelle et ancienne, chacun prétend, bien sûr, connaître la "vraie", la seule digne de ce nom. Il y a le millas landais, bien sûr, qui est pour moi le "roi" des millas (et que je ferai très prochainement), mais aussi le millas toulousain, périgourdin, gascon, aveyronnais, girondin... tous déclinés en plusieurs versions... allez vous y retrouver dans cette collection de millas... et même un millas charentais, dont je me suis inspirée ici et auquel j'ai ajouté ma petite fantaisie personnelle, à savoir une petite partie des myrtilles récoltées récemment sur les hauteurs de Cambo. Aussi, en toute logique, j'ai bien envie d'appeler ce gâteau "le millas de Cambo".

Quel délicieux gâteau ! Avec ou sans myrtilles, il vous enchantera. A l'extérieur cela ressemble à un clafoutis. Mais l'aspect intérieur paraît plus friable (sans l'être pour autant), avec du moelleux, de la souplesse, une grande douceur en bouche... et ce petit goût de maïs, discret mais bien présent, évoque bien nos régions, ses campagnes, ses champs, ses fermes, ses vieilles bâtisses pleines de charme et ses traditions, qui ne s'arrêtent pas au foie gras et aux confits. Le millas, un gâteau qui gagne à être connu.

Millas_aux_myrtilles3

Pour 5 à 6 parts

- 150 g de farine de maïs (en magasin bio)
- 25 cl de lait
- 25 cl d'eau
- 2 petits oeufs
- 4 cc de sucre (j'ai mis du sucre complet rapadura bio)
(mettez-en davantage si vous aimez les gâteaux très sucrés)
- 90 g de farine de blé
- 1 sachet de levure
- 30 g de beurre (la recette dont je m'inspire en contenait 60 g : à vous de voir...)
- 200 g de myrtilles (ici, myrtilles fraîches)

Petit rappel : la farine de maïs n'est ni de la maïzena, ni de la polenta, ni de la semoule de maïs. C'est bel et bien une farine, toute jaune, que l'on trouve en magasin bio et parfois en supermarchés.

Millas_aux_myrtilles5

La recette est très simple : on fait bouillir le lait et l'eau, ensemble, dans une casserole. Les verser sur la farine de maÏs placée dans un saladier et mélanger : là, ça fait des grumeaux et ça ressemble beaucoup à de la purée de pommes de terre, hu hu...

Dans un autre saladier, battre les oeufs avec le sucre. Incorporer la farine de blé, la levure, le beurre ramolli. Ajouter le mélange farine de maïs-lait-eau. Remuer pour bien amalgamer tout ça. Ajouter enfin les myrtilles, mélanger encore.

Verser dans un moule à manqué à fond anti-adhésif, ou bien un moule beurré. On peut aussi préférer des petits moules individuels, comme ci-dessous :

Millas_aux_myrtilles2

Attention, le gâteau gonfle beaucoup à la cuisson, dans les moules individuels, il ne faut pas trop les remplir.

Faire cuire environ 40 mn (moins pour les moules individuels), au four, thermostat 6 (four à gaz) ou 7 (four électrique). Le gâteau est cuit lorsque'un couteau planté au centre ressort sec.

J'ai laissé le gâteau terminer sa cuisson dans le four éteint pendant 15 mn, car mon moule était plus petit qu'un moule à manqué, et mon gâteau, épais.

Laisser refroidir avant de démouler. Le gâteau peut se manger tiède, mais il est aussi très bon froid.