Je décerne aux falafels la palme d'or de la recette la plus simple que j'ai réalisée depuis que j'ai ouvert ce blog. Si j'avais su j'en aurais fait bien plus tôt !

La transition est toute trouvée avec le billet précédent, dans lequel (voir les commentaires), je parlais d'équilibre alimentaire végétarien. Qu'il puisse encore y avoir des gens doutant que cet équilibre existe et que cette alimentation génère des carences me sidère. Il y a ici assez d'informations pratiques et de liens vers des sites spécialisés pour que ces doutes s'évanouissent. Encore faut-il avoir l'honnêteté de les consulter, évidemment.

Personnellement, cela fait vingt ans que je m'intéresse à la diététique et à l'équilibre alimentaire. Au départ, c'était pour être en forme pour mon travail tout en contrôlant mon poids. De fait, depuis l'âge de vingt-cinq ans, j'adore lire des magazines et livres sur la nutrition, les aliments... bien avant d'aimer cuisiner, j'aime m'informer ! Je trouve ce sujet passionnant et très important. J'estime qu'on devrait enseigner tout cela en classe, car c'est utile à tous, tout au long de notre vie. J'ai ainsi découvert, entre autres, que manger équilibré me permettait de supporter beaucoup mieux le stress et avait un effet direct sur mon moral. 

Peu à peu j'ai même été intimement persuadée que notre alimentation a un effet profond sur notre santé, bien plus que nous ne l'imaginons. Récemment j'en ai eu la preuve (s'il en était besoin), avec un article du site canadien Passeport Santé intitulé : "Aliments et santé digestive : prenez soin de votre 2è cerveau". Il dit ceci :

"L'intestin parle littéralement au cerveau, pour assurer le contrôle sur l'insuline, la glycémie ou encore la satiété. Le système gastro-intestinal ne fait pas moins que le cerveau en jouant un rôle prépondérant sur les plans immunitaire, endocrinien et métabolique."

Et je suis sûre qu'on n'a pas fini de découvrir à quel point tout cela est vrai !

Pour revenir à l'équilibre alimentaire végétarien, vous en avez ci-dessous un bon exemple avec ce menu :

- quelques falafels (avec sauce tomate ou crème de soja)
- une part de pizza aux courgettes présentée dernièrement
- des crudités et un yaourt (de vache ou de soja)

Vous aurez là des protéines complètes (rendant inutiles viande et poisson), du fer, du calcium, des vitamines et j'en passe. C'est simple,  c'est bon, et c'est tout.   

falafels_pois_chiches__pic_s_au_four

Pour 25 falafels environ, cuits au four et à ma façon :

- 170 g de févettes sèches cuites (environ moitié moins crues)
- 300 g de pois chiches cuits (idem)
- 1 oignon
- 1/2 cc de ras-el-hanout (ou autre épice que vous aimez, cumin par exemple)
- 3 cs rases de farine semi-complète
- 2 cs de tahin
- bicarbonate de soude

La veille, faire tremper les pois chiches dans un grand saladier avec de l'eau. Les févettes n'ont pas besoin d'être trempées.

Le jour même, faire cuire les pois chiches, 20 mn, à l'autocuiseur, dans de l'eau salée, avec un peu de bicarbonate de soude (facilite la digestion). Les févettes cuisent de la même façon, mais seulement 5 à 10 mn.

Peler l'oignon et le hacher au hachoir électrique. Puis hacher les légumineuses cuites et égouttées, avec les épices. Le mieux est de procéder en 2 ou 3 fois pour que le résultat soit homogène.

Mettre le tout dans un grand saladier, avec l'oignon, la farine et le tahin. Malaxer avec les doigts pour fomer une pâte épaisse. Déjà on se réjouit du goût délicieux que cela aura une fois terminé... Laisser reposer le tout 2 heures au frigo. Puis former avec les doigts des boulettes de la taille d'une noix : une douce odeur d'oignon monte jusqu'aux narines...

falafelsavantcuisson

Poser les boulettes sur une feuille de papier sulfurisé, puis sur la plaque ou la grille du four. J'ai laissé cuire 20 mn, thermostat 5 (6 pour un four électrique), puis j'ai laissé la cuisson se terminer 20 mn encore dans le four éteint, tandis qu'une délicieuse odeur épicée se répandait dans la cuisine.

PS : les falafels peuvent aussi se cuire à la poële, comme dans la version de Réglisse, sur son blog "Autrement bon" : rendez-lui donc une petite visite pour en avoir le coeur net !

Je termine par un gros bisou à Cachou, ma petite dame-chat qui partage mon quotidien et me tient compagnie quand je suis devant l'ordinateur.  Ce 24 juin, cela fait 14 ans jour pour jour que nous l'avons trouvée, tout juste née, abandonnée par sa maman dans le jardin de la maison où elle est née. Nous l'avons sauvée, élevée, nourrie au biberon et adoptée. Nous en sommes bien récompensés depuis. Bon anniversaire, ma pupuce ! J'espère que tu garderas longtemps encore bon pied, bon oeil, et que nous avons encore de longues années de bonheur devant nous.

Cachou